Zone de Texte: Année 2011

Conférences

 

26 janvier : Jacqueline DELCLOS, présidente du Conservatoire textile : Naissance d’une association. Les enjeux du Conservatoire textile pour la promotion et la valorisation des arts textiles.
23 mars 
: Christine BOUILLOC, directrice du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand, et Anne-Claire BOUGY, chercheur en arts textiles : Le département des arts textiles du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand : sa naissance, ses collections, ses projets.

Présentation historique d’un musée, lecture au travers des collections textiles, du tapis d’Orient aux collections européennes. De l’évolution d’une collection à une politique d’acquisition, ouvrant sur un projet scientifique et culturel.
11 mai : Delphine PINASA, directrice déléguée du CNCS de Moulins : La genèse du Centre national du Costume de Scène.

8 juin : Danièle VERON-DENISE, conservateur honoraire des collections textiles au château de Fontainebleau, conservateur du patrimoine : La broderie chez les visitandines d’après les collections du Musée de la Visitation de Moulins. En lire plus...

Zone de Texte: Année 2011-2012

Conférences

 

16 novembre : Sylvain Besson, régisseur des collections textiles au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne et Elodie Moricci, chercheur en arts textiles : L’industrie rubanière et les collections textiles du Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne. En lire plus...

14 décembre : Catherine Bréniquet, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art antique à l’Université Blaise Pascal : L’archéologie du textile.

Le propos était de présenter cette discipline encore mal connue qu’est l’archéologie du textile et de préciser la démarche suivie par les spécialistes des textiles miraculeusement conservés dans les sédiments archéologiques et les perspectives ainsi ouvertes, principalement l’identification des fibres et des procédés techniques. On peut souligner aussi l’ampleur du questionnement qui s’ensuit, débouchant sur des domaines très divers, de l’organisation sociale de la production textile aux aspects symboliques de l’activité. Le propos a surtout été centré sur l’Antiquité, en mettant un certain nombre de grands repères historiques en place.

11 janvier : Susanne Bouret, restauratrice textile : Conserver, restaurer. Aspects des techniques de restauration et conservation en arts textiles (textiles archéologiques, tapisseries, soieries, broderies).

 La conférence s’est organisée en deux temps. Tout d’abord, à partir d’une série de documents photographiques, la présentation des dégradations typiques des textiles, de petites ou de grandes dimensions, et des différentes étapes de leur traitement de restauration-conservation. Ensuite la présentation du métier de restaurateur du patrimoine, de la déontologie de ce métier et du parcours de formation qui y conduit.

28 mars : Emmanuel Magne, attaché de conservation au musée Crozatier du Puy-en-Velay :  Dentelles d’Europe, dentelles du Puy . Collections du musée Crozatier.
La galerie des dentelles inaugurée en 1855 au sein du musée du Puy grâce à l’action de Théodore Falcon, dentellier au Puy est la première galerie industrielle ouverte en France. Sa vocation était de permettre aux ouvrières, aux dessinateurs, aux fabricants de dentelles de voir et d’étudier ce qu’il y avait de meilleur parmi les dentelles produites en Europe et ailleurs en France. L’ambition de son créateur était de susciter l’émulation au sein des dentelliers et dentellières du Puy. Son action allait durablement marquer l’histoire de la dentelle de Haute-Loire et la collection de dentelles du musée Crozatier lui est redevable de cette ambition novatrice. Au travers des collections de dentelle du musée, Emmanuel Magne, attaché de conservation au musée Crozatier du Puy-en-Velay racontera l’histoire de la dentelle en Europe et au Puy plus particulièrement. Entre légende, essor commercial, renouveaux, et folklorisation, la dentelle se décline en plusieurs histoires qui racontent un pays : le Velay.

25 avril : Bruno Ythier, directeur adjoint de la Cité internationale de la Tapisserie et l’Art tissé à Aubusson : Un projet en cours de réalisation à Aubusson : la Cité internationale de la Tapisserie et de l’Art tissé.

 

Ateliers :

7 mars et 4 avril : Ateliers de broderie, animé par Fatiha Noura, créatrice textile, artiste brodeuse.

 

Sorties :

 Mai : Visite du Musée de la Tapisserie à Aubusson.

Septembre : Visite du CNC et du Musée de la Visitation à Moulins.

 

Zone de Texte: Année 2012-2013

Conférences

 

10 octobre : Christine Bouilloc, directrice du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand : Les mots du textile ; petit lexique à l’usage des amateurs textiles Approche synthétique des diverses notions de base pour appréhender les trois composantes du tissu, à savoir les matières premières et leur traitement ; la croisure au sens large d’entrelacements ou d’assemblage de matière (tissage, tressage, feutrage...) et la manipulation sur tissu fini (teinture, impression, gaufrage, broderie, moirage...). 

14 novembre : Elodie Moricci, chercheur en arts textiles : La tapisserie d’ameublement, hier et aujourd’hui. Exposé complété de démonstrations par monsieur Patrice Moricci, décorateur. 

 2 décembre : Christophe Moulherat, chargé d’analyse des collections, Musée du quai Branly. Exemples de tapisserie au filé d’or en Grèce, à l’époque hellénistique et sous l’Empire romain.

30 janvier : Danielle Miguet, conservateur au Musée de la Soierie, à Charlieu.  Histoire de la soierie française : La Fabrique lyonnaise, hier et aujourd’hui.

20 mars : Christine Labeille, ancien conservateur des Antiquités et Objets d’art dans le Puy-de-Dôme et l’Allie :.La protection des oeuvres textiles par les Monuments Historiques. Le cas des textiles liturgiques en Auvergne.

10 avril :. Geneviève Rampal, artiste textile, membre de France-Patchwork. Connaissance du patchwork : histoire, écoles régionales, diversité de l’iconographie. Cette conférence propose de découvrir l’histoire de l’une des formes d’art populaire les plus typiques des Etats Unis : Le « Quilt », plus connu en France sous l’appellation de « Patchwork ».Transmis de génération en génération, influencé par différentes modes,  son évolution est intimement lié à l’histoire du pays. Même si l’intérêt pour cet art traditionnel a pu passer de mode dans les années 50, il n’a jamais complètement disparu. Redécouvert en 1971 grâce à une exposition au Whitney Museum à New York cet art textile n’a depuis cessé d’évoluer tant aux USA qu’en Europe et dans le monde entier.

 

Exposition organisée par le Conservatoire textile (29 -31 mai) : Les patchworks d’Auvergne de la collection Michel Perrier.

29 mai : Inauguration de l’exposition des patchworks en laine de la collection Michel Perrier, à la mairie de Royat.  Présentation des œuvres par le collectionneur.

 

Ateliers :

Proposés par le Musée Bargoin de Clermont-Ferrand :

8 février : Connaissance des tapis d’Orient. Nouage, provenance, iconographie .

15 mars : Apprendre à connaître les imprimés africains.

 

Zone de Texte: Année 2013-2014

Conférences

 

16 octobre : Marie-Bénédicte KERMORGANT, responsable du département des arts texiles au Musée Bargoin. Textiles d’aujourd’hui/ Collections publiques de demain. Stratégies de collecte au Musée Bargoin. 

4 décembre : Christophe Moulherat, chargé d’analyse. Spécialiste des textiles archéologiques. Musée du quai Branly. Les textiles archéologiques des Xiongnu (Mongolie).

28 janvier (Conférence annulée et reportée le 5 novembre. Mutualisée avec l’A’MA): Odile Blanc, responsable de la documentation des oeuvres, Institut national du Patrimoine. Cycle Histoire du costume : Au XIVe siècle, de nouvelles habitudes vestimentaires et de nouveaux habits.

19 mars : Emilie Ballon, doctorante, Université Paris Diderot - Paris VII. Les soieries de Tours : de l’introduction du savoir aux crises du XIXe siècle Cette conférence a proposé de découvrir l’histoire de la toute première implantation de la soierie en France, à Tours, sous l’impulsion de Louis XI. Tours a, en effet, précédé Lyon de près d’un demi-siècle dans l’installation d’une véritable industrie soyeuse, avec toute sa chaîne technologique : production de la matière première, élaboration des contextures, formation des ouvriers, adaptation à la concurrence. Malgré la rudesse et les aléas de celle-ci, les fabrications tourangelles sont restées de haute qualité, pratiquement jusqu’à aujourd’hui. Emilie Ballon a complété son propos par sa présentation de différentes pièces textiles qui ont permis au public d’apprécier directement les savoir-faire tourangeaux.

16 avril : Catherine Vermorel, doctorante, Université Pierre Mendès France, Grenoble : Les costumes de la Renaissance italienne d’après les portraits peints. A partir de 1430, en Italie, le portrait peint, qui concrétise un nouvel intérêt pour l’image humaine, fait l’objet d’une construction progressive et attentive qui témoigne, entre autre, des hiérarchies et codes sociaux et des modes vestimentaires. La présentation du corps humain, auquel le costume est étroitement associé, évolue sur ces deux siècles. Vêtement, accessoires, couvre-chefs, coiffures, teinte des cheveux, coloration du visage et pilosité sont étroitement contrôlés et ordonnés. Comment choisit-on de se faire portraiturer ? C’est ce que cette conférence s’est proposé d’analyser. 

 

Ateliers 

20 septembre : Au Musée Bargoin, Les bases de l’analyse technique d’après les textiles africains fournis par le musée.

4 octobre : Au trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption de Clermont-Ferrand, initiation à l’expertise des textiles liturgiques.

2 avril : au Musée de la Tapisserie d’Aubusson, exercices d’expertise autour de quelques tapisseries de basse lisse.

 

Zone de Texte: Année 2014-2015

Conférences

24 septembre : Evelyne Hours, médiéviste, présidente des Amis de la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption.  Cycle Histoire du Costume. Le vêtement médiéval d’après les vitraux de la cathédrale de Clermont-Ferrand.

5 novembre : Odile Blanc, responsable de la documentation des œuvres, Institut national du Patrimoine. Cycle Histoire du Costume. Au XIVe siècle, de nouvelles habitudes vestimentaires et de nouveaux habits.

3 décembre : Catherine Bréniquet, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art antique, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand. Cycle Archéologie et cycle Histoire du Costume. Enquête sur un vêtement inconnu : le kaunakès mésopotamien.

14 Janvier : Susanne Bouret, restauratrice textile, et Marie-Blanche Potte, conservateur des monuments historiques et des objets mobiliers, DRAC Auvergne. Un exemple d’intervention en restauration-conservation textile : les tapisseries de la Chaise-Dieu. De l’étude préalable aux travaux d’atelier.

 4 février : Christophe Moulherat, chargé d’analyse des collections, spécialiste des textiles archéologiques, Musée du quai Branly. Cycle Archéologie. Sur les bords de la mer Morte : les textiles archéologiques trouvés sur le site de Qumrân.

10 mars (Conférence mutualisée avec l’AM’A.  : Marielle Martiniani-Reber, conservatrice au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, spécialiste de l’Orient chrétien. Le suaire de saint Austremoine (ou suaire de Mozac) et autres tissus impériaux de Byzance.

 

Exposition organisée par le Conservatoire textile (14 –18 Mai ): Splendeurs des étoffes liturgiques de la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption.

 

Dans le cadre du quatrième centenaire du pèlerinage de Notre-Dame du Port, à Clermont-Ferrand, exposition de vêtements liturgiques d’exception à la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption. Conférence inaugurale à la cathédrale le 14 mai par Maryse Durin-Tercelin, chercheur au Service régional de l’Inventaire d’Auvergne.

 

Ateliers :

Des ateliers, animés par Jacqueline Delclos, présidente du Conservatoire textile, maître de conférences honoraire en histoire de l’art, ont été proposés aux personnes qui souhaitaient approfondir leurs connaissances. Le textile représente un domaine technique complexe, au vocabulaire spécialisé. La compréhension de ses bases technologiques permet d’éclairer les évolutions et les choix stylistiques.

26 janvier : Fibres, fils et entrecroisements.

23 février : Les tissus façonnés.

 

Voyages d’étude :

3  avril : Voyage à Colombes (Hauts-de-Seine) : En complément de sa conférence, Susanne Bouret  nous a ouvert l’atelier de restauration des tapisseries de la Chaise-Dieu.

 

Zone de Texte: Année 2015-2016

Conférences :

14 octobre. Anne Tricaud, conservateur en chef du patrimoine. Anne Tricaud a été conservateur au MUCEM à Marseille où elle fut responsable des costumes et du linge. Les costumes des régions, des costumes à la mode ? Quel regard porte-t-on aujourd’hui sur les anciens costumes régionaux ? Ils ont peu à peu quitté les provinces et sont devenus des pièces de collection. Au cœur de l’été certains groupes folkloriques s’attachent à les faire revivre de façon stéréotypée ou au contraire en les mettant au goût du jour. Entre histoire et nostalgie quel est le statut de ces costumes ?

14 décembre : Jean-François Luneau, maître de conférences en histoire de l’art, conservateur du patrimoine. L’indiennage. Aperçu sur l’origine de l’impression sur étoffe en France, depuis les productions indiennes et leur importation jusqu’à l’installation des productions françaises au XVIIIe siècle (Marseille, Jouy-en-Josas, Nantes, Rouen et Mulhouse).

3 février (en partenariat avec l’association Utere Felix) : Christophe Moulherat, chargé d’analyse des collections, spécialiste des textiles archéologiques, Musée du quai Branly. Les textiles archéologiques du Pérou. Les textiles constituent l’une des formes les plus anciennes et les plus élaborées de l’expression artistique de l’ancien Pérou. Les artisans utilisèrent pratiquement toutes les techniques de filage, de tissage et de teinture, avec une dextérité et une créativité remarquables. De toute la production textile de l’Amérique préhispanique, les tissus péruviens sont les seuls à nous être parvenus en aussi grand nombre et en aussi bon état. Nous aborderons, à partir d’exemples conservés notamment au musée du quai Branly, leur évolution dans les principales cultures côtières de l’Ancien Pérou, depuis Paracas et Nasca dans le sud (800 av. J.-C.-700 ap. J.C.), jusqu’à Chimu et Chancay dans le nord et le centre du pays (1100-1450 ap. J.-C.), et leurs productions d’influence inca (1450-1532 ap. J.-C.).

16 mars : Marguerite Gagneux-Ganadre, professeur de lettres honoraire, spécialiste de l’histoire du tricot, et auteur de publications de référence sur ce sujet. Qui a inventé le tricot ? Le tricot est une technique de création textile trop méconnue, que l’on croit souvent, encore aujourd’hui, cantonnée aux « ouvrages de dames » ou à la confection de vêtements d’usage. Pourtant il n’en est rien et cette conférence permettra la mise en évidence de pièces archéologiques ou princières de grand luxe.

13 avril (conférence par Annie Regond, reportée en octobre 2016) 

 

Atelier :

Mardi 17 novembre : Jacqueline Delclos, présidente du Conservatoire textile, maître de conférences honoraire en histoire de l’art. Les techniques de l’impression sur étoffe.

 

Sortie à Riom :

22 septembre : Visite au Musée régional d’Auvergne  : Présentation et commentaire de la collection de vêtements régionaux du musée, par Anne Chanonat, chargée de mission aux musées de Riom.

 

Zone de Texte: Année 2016-2017

Conférences 

19 octobre : Annie Regond, maître de conférences honoraire en histoire de l’art, ancien conservateur des antiquités et objets d’art de l’Allier. Du tissu au mur. Interactions entre les arts textiles et les ornements muraux dans les églises et les demeures au Moyen-Âge et pendant la Renaissance. Cette conférence a permis aussi d’évoquer les fausses tapisseries pendant la Renaissance (chambre de Constantin au Vatican et autres exemples moins connus), ainsi que les tapisseries imitant les tableaux.

23 novembre : Marguerite Coppens, conservatrice honoraire aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles. Spécialiste des costumes et de la dentelle. L’industrie dentellière : une frivolité pour Napoléon ? L’industrie dentellière était une activité florissante occupant une nombreuse main-d’œuvre et un important produit d’exportation quand la Révolution se chargea de la ruiner. Napoléon, soucieux de rétablir les industries de luxe pouvant rehausser le lustre de sa cour, encouragera son développement à Alençon et à Bruxelles. Il le fera davantage pour cette dernière ville et l’exposé en analysera les raisons.  Au même moment la révolution industrielle se met en place et les copies mécanisées de la dentelle progressent d’abord en Angleterre. Napoléon va-t-il y percevoir un potentiel économique ?  Comment l’Empire  va-t-il réagir aux problèmes liés à l’établissement d’un nouveau type de production ? Comment la dentelle manuelle va-t-elle  y faire face ? La conférence essayera d’y répondre grâce à l’analyse de nouvelles sources d’archives.

14 décembre : Jean-François Luneau, maître de conférences en histoire de l’art (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), conservateur du patrimoine. Amédée Coudert (1800-1864), dessinateur textileLa présentation de la production de cet artiste a été aussi l’occasion d’aborder la question des rapports entre l’art et l’industrie, des expositions de produits industriels, des expositions universelles, au XIXe siècle.

11 janvier : Pascale Chevalier, maître de conférences en histoire de l’art, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand. Tissus médiévaux des Balkans, représentations et réalités archéologiques.  Les peintures murales de nombreuses églises de Grèce, Macédoine, Bulgarie et Albanie, présentent les donateurs (ktitores) dans des tenues aux tissus chatoyants et très sophistiquées, qui peuvent être confrontés à quelques découvertes, notamment celles effectuées sur le lac de Prespa à la frontière gréco-albanaise.

1er février :Emeline Retournard, doctorante à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand. L’archéologie du textile au Moyen-Âge : l’exemple des textiles de Brandes-en-Oisans (XIe-XIVe siècles).

8 mars (en partenariat avec l’association Utere Felix): Christophe Moulherat,  chargé d’analyse des collections, spécialiste des textiles archéologiques, Musée du quai Branly. Les textiles dans le monde gallo-romain : découvertes archéologiques des dix dernières années.

 

28 mars (conférence reportée en 2018): Susanne Bouret, restauratrice textile.

Sorties :

29 avril : Felletin ; visite de la filature Terrade. Aubusson : Visite de la Cité internationale de la Tapisserie et de l’Art tissé.

Ier juillet : Colloque sur la représentation des costumes dans la peinture murale, puis visite des salles d’exposition au CNCS à Moulins. Visite de la chapelle de Briailles, à Saint-Pourçain. Sous la conduite d’Annie Regond, en prolongement de sa conférence.

 

Zone de Texte: Nos archives